l’île du nord

Traversée en ferry (3h) pour rejoindre l’île du nord à Wellington. Belle ville, superbe port. Il fait assez chaud alors les garçons tentent un plongeon dans le port, ce qui a fait bien rire les Maoris!

 le Queen Mary 2 dans la baie de Wellington

Sylvain souffle ses 41 bougies en Nouvelle -Zélande: petites cartes de chacun d’entre nous et le tee-shirt incontournable qui remplace plus ou moins le match de rugby prévu. (match Wellington – Christchurch annulé suite aux évènements tragiques qui ont eu lieu dans cette ville).

A l’Alliance française, on peut lire et discuter en français. Ah! que ça fait du bien! En plus on y fait la connaissance d’une photographe ardéchoise, Vanessa, qui a parcouru la Nouvelle -Zélande  durant une année, appareil en bandoulière. Maintenant sa belle expo sillone tout le pays. (son site: www.vanessachambard.com)

A part les deux premières et les deux dernières nuits (en backpackers), toutes les autres eurent lieu sous la tente. Il y eut des bivouacs de rêve au bord de l’eau avec vue sur la ville ou sur les volcans, et d’autres moins poétiques comme celui entre un centre de compost et  de traitement des eaux. Mais ça laisse des souvenirs extraordinaires, comme la fois où grâce à un pêcheur bien sympa (qui nous a prêté une canne), Sylvain est venu agrémenter le repas spaghettis avec une bonne truite grillée au feu de bois.

 Tongariro National Park:

Soleil pas gentil avec nous, soleil pas venu, nous pas faire la grande rando dans le parc des volcans!

Le beau ciel bleu des photos n’a duré qu’une petite après-midi!

 

Huka falls

Waitopu

C’est un site plutôt chimique et coloré, tout  bouillonne autour de nous. Arsenic, soufre, carbone et autres substances fumantes nous montent aux narines!

  

 Coromandel, lieu de vacances privilégié des « Aucklandais » et on comprend pourquoi: la côte est magnifique. Encore un lieu connu au cinéma (Cathedral cove dans Narnia 2).

Les deux symboles de la Nouvelle Zélande:

Silver fern

ça y est, Baptiste lui a mis la main dessus! On l’a eu, ce poilu de kiwi!

Vue d’Auckland, depuis la tente plantée dans le jardin d’une famille Maorie. Très gentil, le vieux monsieur vient nous chercher le lendemain matin: salle de bains à disposition et petit déjeuner servi. La classe!

Commentaires (15)

Nouvelle-Zélande, l’île du sud

Après notre semaine tout confort chez les amis, nous voilà débarqués à minuit dans l’aéroport de Chrsitchruch en Nouvelle Zélande. On prend l’option de dormir dans l’aéroport  plutôt que de galérer en ville à chercher une auberge.

Christchurch, la ville la plus importante du Sud a une ambiance sympa et une dimension humaine. un petit tour à Cathedral square et botanic garden.

 

 Trop de chance, le loueur de voitures n’a plus celle que nous avions réservée. Donc il nous propose celle de catégorie supérieure pour le même prix! Et finalement, le coffre est rempli à bloc, c’est celle-là qu’il nous fallait!

 Sur les hauteurs de Christchurch, on domine la ville, la mer, ce qui donne un point de vue superbe. Ici c’est le rendez-vous des sportives, eh oui ce sont les femmes qui courent ou font du vélo. On a toujours pas compris pourquoi?

 La Nouvelle-Zélande, c’est un petit pays qui représente environ la moitié de la France. On la traverse dans sa largeur en 2 heures. Mais c’est tellement joli qu’il faut s’arrêter en chemin à Arthur Pass. Un grand jeu de cache-cache dans un paysage qui ne vous est pas inconnu (si vous avez vu Narnia 1).

 La nuit, nous campons dans la nature. Une fois c’était le déluge: une pluie énorme qui a duré jusqu’au matin! On a eu la chance cette fois-là de se mettre sous un chapiteau dressé à l’occasion d’une compétition de pêche! Sans lui, on aurait fini la nuit trempés dans la voiture!

 Le glacier Franz Josef: pas besoin de beaucoup grimper pour atteindre les glaciers néo-zélandais. Ils sont quasiment au niveau de la mer; c’est dire le rude climat! Le glacier en 2 versions: mauvais temps et le lendemain sous le soleil!

 West coast:

la côte sauvage où il pleut 180 jours par an. La mer ramène plein de bois flotté sur le sable. Et même si c’est l’été, on a pas envie de se mettre en maillot! En tous cas les paysages sont grandioses!

 C’est aux Pancakes Rocks que nous rencontrons Raphaëlle. Elle est belge et fait le tour du monde seule. Elle parcourt la Nouvelle -Zélande en vélo (entre 60 et 100 kms par jour). Quel courage! Bonne route à toi, Raph!

Coup de coeur pour Abel Tasman national park

C’est à la fois la mer, les marais et la montagne. Du vert, du jaune et du bleu turquoise, des couleurs fascinantes!

Rando, kayak, équitation… les activités ne manquent pas. Pour nous (et notre porte-monnaie) ce sera une grosse rando de 5h. On félicite au passage le p’tit Baptiste qui a marché comme un Ranger!

Si vous allez un jour en Nouvelle-Zélande, ne ratez surtout pas Abel Tasman!!!!

 Pour l’instant pas de kiwi à notre tableau-photo, mais son cousin le Waika.

Commentaires (16)

Welcome in Australia

Changement total avec l’Asie, nous laissons volontiers la chaleur humide, (un peu moins) les petits restos et les guesthouses pour les barbecues dans les campings. La première semaine à Sydney se passe à merveille car un peu par hasard (mais le hasard c’est » Dieu qui voyage incognito », dernier bouquin de Laurent Gounelle que nous vous recommandons au passage!) nous avons opté pour un camping sur un îlot dans la baie de Sydney: Cockatoo island, ancien lieu de détention reconverti en camping avec une superbe vue sur la ville. Pour rejoindre Sydney, il faut emprunter le ferry (15 minutes) jusqu’à Circular Quay. Sur l’eau toujours de l’animation: régates de voiles,  canoës, taxis -boats, … Spectacle quotidien!

Au camping, les gens sont assez surpris de rencontrer des français ici et chaque jour c’est l’occasion de nouvelles connaissance sur fond de fromage, pain, vin, … bref des choses que nous n’avons pas goûté depuis quelques temps!

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos copains d’Adelaïde en vacances à Sydney. Ici c’est les grandes vacances jusqu’au 26 janvier. Voici David, Wendy, Noa et Evy que l’on retrouvera avec plaisir lors de notre étape suivante à Blue Mountains!

 

A Sydney, nous avons visité le magnifique Botanic garden (avec de grosses chauves-souris suspendues dans les branches), le musée de la marine, le site de l’opéra, et bien sûr la bibliothèque (en anglais, mais ça fait rien les enfants sont tellement en manque qu’ils ont quand même lu!).

 

 

 

 

 

 

Fini les bus, les mauvaises routes et les chauffeurs plus ou moins fiables, en Australie c’est location de voiture!

 

 

 

 

 

 

Avant de remonter la côte vers Brisbane, on va un peu à l’intérieur du pays pour randonner dans le parc des Blue Mountains. Les three sisters (australiennes)

 

 

 

 

 

 

 

 

Camping « dans le bush » et sous la pluie!

 

 

 

 

 

 

Les chefs aux fourneaux ou plutôt au barbecue! Toasts, saucisses et oignons grillés. Il y  a des barbecues électriques partout, très pratique le pique-nique à l’australienne!

 

 

 

 

 

 

Sur la route du vin, la Hunter Valley:

Mais où sont donc les vignobles? On a dû voir seulement 1 hectare de vignes sur la route touristique de Cessnok! Mais heureusement l’arrêt à l’unique cave rencontrée valait le coup! A la vôtre!

 

 

 

 

 

 

L’Australie c’est bien le pays des kangourous et des koalas, la preuve en images….

 

 

 

 

 

Le koala hospital de Port Macquarie soigne les koalas blessés (chute, accident de la route) ou malades. Ils ont un très vieux koala qui a atteint sa 24 ième année, c’est un record!

 

 D’immenses plages qui font le paradis des surfeurs. Qui n’a pas sa planche sous le bras fait vraiment étranger au décor australien!

 

 

 

 

 

 

Byron Bay sur la Gold coast:

 

 

 

 

 

 

Le point le plus à l’est de l’Australie:

Une semaine à Brisbane chez nos amis d’Eguilles, la famille Damourette, qui vit une belle aventure d’expat’ depuis 2 ans et demi. Les enfants se retrouvent comme s’ils s’étaient quittés la veille. Jeux à la mode locale: boomerang et criquet.

Dans la rainforest:

Thomas et Jérémy vont passer une journée au collège australien: Thomas en 6ème dans la classe de Valentine, et Jérémy en 3ème avec Thomas D. Pas d’uniforme puisqu’ils ne font pas partie de l’école, mais tout de même une tenue correcte est exigée. 8h40 à 15h30 avec une petite pause à midi. Pas de cantine, les enfants amènent un casse-croûte dans leur lunch-box. Il y a beaucoup d’activités possibles: chorale, musique, informatique, ateliers techno, sport…Les enfants ont trouvé les classes plus calmes qu’en France et se sont accrochés pour suivre les cours en anglais!

 

Et une fois rentrés, une petite heure de devoirs!

Bref, des vacances dans les vacances. Une semaine très sympa que l’on oubliera pas!

….rdv au pays des kiwis!!!

 

 

 

Commentaires (14)

Thaïlande, cap sur les îles du sud

Ko tao, coup de coeur!

L’île de la tortue, pas trop fréquentée, offre de belles criques aux eaux cristallines. Même si les coraux ont malheureusement souffert, les poissons et aussi les requins sont au rendez-vous.  C’est Jérémy qui a vu le requin à pointe noire le plus près (à  2 mètres de distance)! Inoubliable!

Le moyen de transport le plus répandu ici, c’est le scooter (bi, tri ou quadri -places).

 

 

Bon, alors on tient à vous rassurer côté culinaire la Thaïlande c’est un régal. Notre coup chapeau aux cuisiniers de Paprika à Ko Tao (notre cantine préférée!): red curry, green curry,pad Thai,  papaya salade… mmmmmmmmmm!

 

 

Vendredi, Crusoé et Robinson:

 

 

Le sud de la thaïlande essuie une tempête fin octobre et nous restons 5 jours de plus sur Ko Tao en attendant la reprise du trafic maritime. Record du transfert le plus long: Ko Tao/ Ko Lanta 18h de trajet en commençant par un bateau de nuit (avec vagues de 2m!), tuk tuk, bus, bateau, et tuk-tuk à nouveau……..ouf!

Ko Lanta, b’coup de vagues!

 

 

Pas de super fonds sous-marins, mais de forts rouleaux qui nous remuent sens dessus dessous. Les adeptes des vagues se régalent à body-surfer sur les vagues!

 

 

Une belle rencontre lors de notre excursion aux 4 îles (un p’tit clin d’oeil à Virginie Manu et leur petit Youdi avec qui Baptiste a bien joué).

 

 

Ko Pee Pee, coup de bambou!

Bof, très cher depuis le tournage du film « la plage », trop de monde, et pas de poissons contrairement à ce qui était annoncé. Juste 48h sur cette île que d’autres ont l’air d’apprécier puisque tout est complet! Pas pour nous!

 

 

dernières photos de la Thaïlande que nous quitterons tout prochainement pour la Malaisie. A bientôt pour de nouvelles aventures asiatiques!

 

 

Commentaires (23)

Village flottant

A 1 heure de Siem Reap (Moitié en tuk-tuk, moitié en bateau), se trouvent des villages flottants. Ce sont principalement des pêcheurs qui vivent aux abords du lac Tonlé Sap dans des cabanes flottantes ou sur leurs jonques. Un univers insolite et plein de couleurs!

A Vendre charmante bicoque les pieds dans l'eau avec son embarcation. Belle opportunité à saisir!

De drôles d’embarcations, Baptiste a voulu essayer mais il a bien failli faire un petit plongeon!

Des gens très gentils font faire un petit tour au père puis au fils.

 

Une espèce qui n’est pas en voie de disparition, du moins au Cambodge! 

 

 Bon appétit! L’Asie offre l’occasion de découvrir des spécialités culinaires assez surprenantes! Pour être francs, on a pas eu le courage de goûter à tout (même carrément à rien!).

un croustillant d’araignées ou une fricassée de cafards

une friture de sauterelles ou une tortue à la vapeur

Barbecue de rats ou roulés de serpents

 

Commentaires (22)

Angkor

Encore un petit coup de car (juste 7h) pour aller de Pnom Penh a Siem Reap avec des dvd de musique thailandaise tout le long du trajet. Un regal!


(Non, la maitresse n’a pas completement oublie son orthographe mais le clavier du cyber cafe n’a pas les touches  d’accents. C’est l’orthographe simplifiee du voyage!).

Une journee dans le site monumental des temples d’Angkor, on est loin d’avoir tout vu mais on a decouvert l’essentiel de cette ancienne capitale de l’empire khmers ( IX-XIV siecles). Le plus grand et le plus celebre c’est le temple Angkor Wat. Il aurait fallu 300 000 ouvriers et 6 000 elephants pour le construire.

Temples de forme pyramidale


Le Bayon, la montagne magique, une foret de tetes gigantesques qui regardent dans toutes les directions. 4 visages par tour pour illustrer les 4 vertus du Boudha: la sympathie, la compassion, l’humeur toujours egale et l’egalite.

Terrasse des elephants

Notre prefere, le Ta Prohm, lieu livre a la jungle. Les racines, notamment celle du fromager, semblent devorer les murs de pierre. Phenomenal! Certains reconnaitront un des lieux de tournage du film « deux freres ».

SOS

PERDU DOUDOU. CHIEN ORANGE. RACE DOUDOU ET COMPAGNIE. SI VOUS LE VOYEZ MERCI DE CONTACTER SON PROPIETAIRE BAPTISTE.

Commentaires (18)

Hello le Cambodge

Visas en poche, et délestés de 100 dollars, le Cambodge nous ouvre ses portes. Le tranfert Laos – Cambodge fut un peu galére: un chauffeur de car qui se prend pour un as du volant, un premier hôtel vraiment pourri dans un quartier plutôt glauque. Mais c est aussi cela le voyage!

On plonge au coeur de l histoire du pays en visitant le Camp S21: cet ancien lycée a été transformé en prison sous la période terrible des Kmhers rouges. De 1975 á 1979, la population cambodgienne a subi les pires atrocités (famine, camp de travail forcé, tortures, extermination). Le livre de Loung Ung « D abord ils ont tué mon pére »‘ et le film »la déchirure » relatent bien cette terrible période.

Cap vers la mer et la station balnéaire de Sihanoukville. Ici, le programme est trés simple: plage, école, plage et repas au délicieux resto « ‘Moon shak »‘ ( barbecue de barracuda ou de calamars excellents, pour seulement 3 dollars on se régale et on ne s en lasse pas!). Un petit clin d oeil á la famille Le Tân qui est passée par lá il n y a pas si longtemps!

Sur un bateau de pêcheur, nous partons pour la journée explorer les îles aux alentours. Rien á voir avec la plage de Sihanoukville, les fonds marins nous offrent un beau spectacle avec des oursins sur dimensionnés ( épines de 40 cm), coraux et poissons multicolores!

On finit en beauté avec une super journée sur le gros bateau Sun tours! Snorkelling, immense plage de sable blanc et immersion dans la mangrove. Petit déjeuner et lunch sous forme de buffet á bord. En plus le boss est vraiment trés sympa. A faire! Petite frayeur au retour; lors des  derniéres minutes de traversée le temps change du tout au tout, pour éviter la bourrasque tout le monde se réfugie du même côté. L erreur á ne pas commettre car on a bien failli basculer. Pas fâchés d arriver á quai malgré le déluge de pluie qui s abat sur nous!

Commentaires (25)

COUP DE COEUR pour les 4000 îles!

Ambiance du bout du monde sur l’île de Don Khon à l’extrême sud du Laos, tout près du Cambodge. Le Mékong dicte son rythme et les gens vivant dans leurs maisons en bambou sur pilotis nous témoignent leur sympathie par de larges sourires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Tout se passe en pirogue ou presque: les enfants la prennent pour aller à l’école, les propriétaires de buffles pour leur amener du foin, les pêcheurs avec leurs multiples techniques de pêche!

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 D’ailleurs à propos de pêche, Sylvain et « papa », le patron de notre guesthouse, attrapent un poisson en moins de 5 minutes. l’un tient le filet grand ouvert tandis que l’autre enfonce un long manche en bois dans l’eau pour faire fuir le poisson dans la bonne direction. Efficace!

Le marché haut en couleurs et en odeurs! Au stand de la boucherie par exemple, large choix de pattes, queues et têtes en tous genres. Choisissez votre morceau!

Excursion en vélo : belle galère sous 40° de chaleur, on enchaîne les crevaisons, déraillements pour finir par une rupture de chaîne. Mais la chance ne nous a pas complètement abandonné car le seul véhicule de l’île nous embarque à son bord et nous ramène à l’hôtel.

On s’arrete pour commander des frites. La dame part pendant plus d’une demi-heure (en fait elle est allee acheter les pommes de terre). Mort de faim, Sylvain l’aide en cuisine pour accelerer le mouvement. Ici les gens sont tres cool!

Excursion aux cascades: parmi les plus grandes chutes d’Asie du sud-est. Trente minutes de pirogues, puis on s’enfonce dans la forêt sans savoir que des franchissements de ponts suspendus au-dessus des rapides nous attendent! Le repas inclus dans l’excursion sera servi à 16h30. Nous sommes affamés, et nous nous jetons à 9 sur un poisson-chat grillé! Même Jérémy (qui n’aime pas  le poisson) en a mangé!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (15)

Le plateau des Bolovens

Une nuit assez mouvementée dans le bus couchette qui relie Vientiane à Paksé. La route est assez chaotique, le chauffeur plutôt pressé. Heureusement que nous n’avions pas pris les couchettes en hauteur!

 

Au sud du Laos, près de Paksé, nous partons à la journée sur le plateau des Bolovens. Notre première rencontre est une  famille de charbonniers. C’est samedi, les enfants aident leurs parents à faire brûler le bois.

 

Sur ce plateau sont cultivés le thé et le café. Les feuilles de thé sont ramassées tous les 15 jours sur un petit arbuste, elles sont ensuite séchées puis fumées. Pour le café, le travail est un peu plus long: les grains rouges sont ramassés, on en extrait les graines qu’il faut laver, faire sécher, et enfin griller.

 Dépaysement assuré dans un petit village traditionnel des Bolovens: il pleut averse, les enfants plus ou moins vêtus jouent avec l’eau de pluie, les femmes fument la pipe à eau, poulets et cochons sont en liberté au milieu des maisons sur pilotis. Sous les cabanes en bambou, on peut voir les cercueils que les gens sculptent dans le bois de leur vivant. Un habitant qui parle un peu le français nous plaint d’avoir 3 garçons. On s’étonne. Ici avoir une fille cela veut dire recevoir l’argent du futur mari, mais avoir un garçon au contraire signifie qu’il faudra donner beaucoup d’argent pour qu’il puisse se marier. Les filles se marient vers l’âge de 14 ans et les garçons de 18 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Plus besoin de jouer au loto, pour devenir millionnaire il faut venir au Laos! 1€ = 10 000 kips, donc avec 100 € t’es millionnaire. Jamais notre portefeuille n’avait pris autant d’épaisseur!

Commentaires (8)

De Chiang Mai au Laos

Heureusement que nous n’avons pas raté le marché du dimanche à Chiang Mai, un des plus beaux et des plus grands qu’on ait vu! L’animation est assuré par des artistes aveugles, on peut manger, se faire masser, et acheter des objets artisanaux, des vêtements, des bijoux, … Pour tous les goûts et les petites bourses!

De Chiang Mai sont organisés des transferts vers le Laos. Nous choisissons l’option bateau pour avoir l’occasion d’observer la vie au bord des rives du Mékong. Mini bus pour Chiang Khong, nuit sur place et au petit matin traversée en petit bateau pour le poste frontière laotien (3O dollars par personne pour le visa, enfin ça dépend de votre nationalité, les Canadiens n’ont pas de chance pour eux c’est 42 dollars!). Ensuite un « guide » réunit toutes les personnes qui doivent prendre le slow boat. Et là on a droit à tout un speach comme quoi, compte tenu de la saison des pluies, le voyage pourrait prendre trois jours au lieu de deux avec nuit sur le bateau . A quoi il rajoute le risque de paludisme, le vol éventuel des sacs… On est un peu refroidis, mais obstinés. Finalement on a bien  raison de ne pas écouter ces mensonges (le gars devait être intéressé fiancièrement si on changeait le slow boat pour le bus). La traversée fut arrosée parfois (par la pluie bien sûr), mais fort tranquille et agréable.

Des petits vendeurs à peine âgés de 7 ans et sortis de nulle part.

 

Notre insatiable lecteur!

 

Que font les Laotiens dans le Mékong? ….Ils pêchent, ils font la lessive, ils se lavent, ils se baignent, ils cherchent même de l’or, …. et j’en oublie sûrement!

 

 

 

Luang Prabang:

Petite ville à échelle humaine, bien sympatique. On retrouve çà et là des restes de la présence coloniale française: la pétanque par exemple! On en profite pour louer des vélos, Baptiste s’accroche derrière son papa et c’est parti pour une visite cycliste de la ville.

 

 

 

 

 

 

Lever à 6h du matin ,comme les locaux qui commencent leur journée par un don aux moines. Le plus souvent c’est de la nourriture. Devant chaque maison, les habitants sont agenouillés et déposent une poignée de riz ou autre dans le bol des moines.

 

Commentaires (10)