Trek au LADAKH

Cet été les vacances seront sportives avec au programme un trek d’une semaine au Zangskar.

Après une arrivée à Delhi, nous reprenons aussitôt un vol pour le nord de l’Inde, direction Leh, « le petit Tibet ».

Avant de partir en trek dans les hautes montagnes, il est vivement conseillé de rester quelques jours à Leh (3500m d’altitude) pour s’acclimiter. En effet, déjà à cette altitude pas facile de monter des marches sans être essouflé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dalaï-lama est aussi à Leh, pour une conférence de 10 jours « le Kalachakra ». Des milliers de personnes ont fait le déplacement pour assister au « teaching », des étrangers mais aussi les habitants de toute la région.Ce sera la dernière fois qu’une telle manifestation sera organisée dans le Ladahk car le dalaï-lama vient de fêter ses 79 ans et n’est pas sûr de pouvoir revenir. Donc nous avons eu la chance de l’apercevoir à quelques dizaines de mètres de nous. C’était la bonne surprise ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une mise en jambes avec la montée au monastère de Leh.

Des filles du Rajastan, venues mendier auprès des touristes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celle-ci n’a que 16 ans et vient du Népal:

 

 

 

 

 

 

 

Belle rencontre avec un moine boudhiste : pour lui « la compassion est le secret du bonheur ». 

 

 

 

 

 

 

 

Le moment est venu de nous lancer sur notre trek. Finalement nous optons pour la Markha Valley de Chilling à Sumdo. Les sacs à dos remplis au minimum pèsent quand même leur dizaine de kilos, la température est de 35° en moyenne dans la journée, et nous allons monter jusqu’à 5200m. Allez on y croit!! 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous rendre au départ nous prenons un taxi de Leh jusqu’à chilling (2h30). Mais la route est en travaux, il faudra stopper 20 minutes pour attendre que le bulldozer nous laisse le passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premières sensations fortes, la traversée du Zangskar: on nous avait dit qu’un passeur nous ferait traverser dans une nacelle. Arrivés sur place, il n’y a personne et la nacelle est bloquée de l’autre côté. La seule façon de franchir le fleuve c’est d’emprunter le pont en construction et là franchement on en menait pas large! 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons opté pour le trek sans guide avec hébergement chez l’habitant chaque soir. Par contre il est aussi possible de le faire avec guides et chevaux. Nous croisons quelques caravanes d’ânes ou de chevaux bien chargés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De temps en temps on aperçoit une tea-tent, une petite buvette ouverte durant la période d’été. Un coca c’est 40 roupies (50 centimes d’euros) ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons à notre première homestay: les conditions sont rustiques mais l’accueil bien sympathique. 800 roupies par personne pour le gîte et le couvert (dîner composé de riz et lentilles, petit déjeuner thé et chapatis, le plus léger c’est le lunch 1 oeuf dur, 1 patate bouillie et 1 jus de fruit). Ah! c’est sûr on ne va pas grossir!! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcher en manquant d’oxygène ce n’est pas facile du tout, mais les paysages sont tellement grandioses qu’on oublie la difficulté. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une famille de Ladakhis avec son troupeau d’ânes 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Nimaling (4750m) plus de village, mais un camp de base installé pour la saison attend les randonneurs. C’est magnifique, un plateau entouré de sommets enneigés culminants à 6500m, des yacks, des chèvres… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

beurre de yack fait maison 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une petite nuit dans la tente, départ à 7h pour une ascension de 2h30 jusqu’au sommet le plus haut de notre trek (5200m). C’est par tous petits pas tellement nous sommes ralentis par le manque d’oxygène que nous franchissons le col. 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nos derniers jours à Leh, nous louons une moto. et nous voilà partis sur la plus haute route du monde celle de Khandungla Pass (5602m). Un paysage superbe! C’est de loin la ballade à faire en moto dans le coin. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 JOURS A DELHI 

Changement total à notre arrivée à Delhi à tous les niveaux: une chaleur humide, des bruits de klaxons tous azimuts, une circulation hallucinante, des rues qui grouillent de monde. En tous cas autant dans le Ladakh quà Delhi une cuisine excellente, nous nous sommes régalés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (3)

Bonne Année 2012

Après deux noëls sous les tropiques, nous apprécions pleinement ce noël provençal à la maison. Baptiste découvre vraiment la fête de Noël, il a chanté Petit Papa Noël en boucle depuis la chorale de son école jusqu’au jour J!

ON VOUS SOUHAITE UN BON BOUT D’AN ET UNE MAGNIFIQUE ANNEE 2012.

Que vos projets puissent se réaliser, que les petits moments de bonheur vous comblent de joie, et que la santé soit au rendez-vous! Tous nos meilleurs voeux!!!!!

 

Commentaires (8)

des news!!!

Enfin quelques nouvelles de notre retour:

– bien sûr de grandes retrouvailles avec la famille et les potes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 – une remise en place de toutes nos affaires dans la maison, travaux et jardinage intensifs.

– une semaine sportive avec les enfants et leurs copains Thomas et Raphaël à l’Alpe d’Huez.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– un séjour chez notre ami marocain Aziz qui nous accueille au sein de sa famille.

Aziz fait du commerce de fruits et légumes. Pour l’aider Sylvain a participé au déchargement de 8 tonnes de patates en pleine nuit!

– le vrai retour chez nous ce sera mi-août! Cette fois-ci on ne bouge plus (enfin pour l’instant!!).

Baptiste a pris le chemin des écoliers vers la classe de Grande Section de la maternelle. Il s’est très vite adapté à sa nouvelle vie de sédentaire, même s’il trouve parfois que les journées scolaires sont un peu longues!!

Pour ses grands frères, c’est tout de même plus cool: ils rempilent pour une troisième  année au CNED (5ème pour Thomas et 3ème pour Jérémy).

Sans oublier de vous annoncer que la famille s’est agrandie…..

on vous présente Bali, un petit berger/border de trois mois que nous venons d’adopter.

En espérant que la rentrée s’est bien passée pour vous tous également,

A bientôt

Commentaires (3)

Clap de fin

  La tournée des grands parcs commence avec ZION. La rando fut un peu difficile à cause de la chaleur mais la beauté du site nous fait oublier la température de 100 farenheits. Les Juniors Rangers continuent leur collection de badges!

 

BRYCE Canyon:

Des roches sableuses et dentelées offrent un paysage spectaculaire!

Une rencontre inattendue va se produire sur le parking du visitor center. Sylvain s’approche d’un 4X4 immatriculé dans le 13 et entame la discussion avec les enfants. Quelle n’est pas sa surprise en voyant leur père arriver……c’est Matthieu, son ancien collègue scout. Comme nous, il a pris la route pour deux ans avec sa famille: Charlotte, son épouse et leurs 5 enfants Tugdual, Agathe, Enguerrand, Octavie et Béatrix. 1 an en Amérique et 1 an en Afrique. Voici leur site: www.pasdansunfauteuil.fr

Pour ceux qui se désolaient de ne plus pouvoir voyager à travers notre blog, ils pourront continuer à rêver avec eux!

Tom avec ses deux copains américains Pat & Zac !

Nouvel animal à notre tableau de chasse photographique: le bison

La nuit la plus froide en tente, il faut dire que nous sommes à 2500 m d’altitude, après Capitol reef. Les duvets n’étaient pas adaptés à des températures aussi fraîches!

ARCHES:

Une collection d’arches plus ou moins fragiles. Là ausi la nature nous procure beaucoup d’émotions.


Au pays des Indiens, enfin ce qu’il en reste malheureusement. Nous avons la chance de camper seuls devant le symbole de MONUMENT VALLEY. Un moment inoubliable!

Sur les conseils d’une Indienne, nous passons la soirée de la fête nationale à Kayenta pour la finale du rodéo international. WAOU!!!! Cow-boys et cow-girls font le show pendant 2 heures. Et pour finir éclate un feu d’artifice énorme qui a bien duré 45 minutes!

GRAND CANYON:

Le dernier parc de notre parcours. Difficile de voir le Colorado couler. Depuis le plateau on observe les failles creusées par l’eau.

Pour conclure ce voyage les enfants ont droit à une big boîte de feux d’artifice. Le seul petit problème c’est de trouver un endroit où on est autorisés à le faire péter!!

Nous voici arrivés au terme de ce périple. A la fois ravis de notre aventure, et impatients de retrouver les nôtres. Ce tour du monde, synonyme d’une formidable expérience familiale et personnelle, s’achève. Comme dit le proverbe, « une page se tourne, une autre s’ouvre » ….tout aussi excitante!….Les chaussures de rando vont pouvoir se reposer un peu!

La famille Basillais vous salue! Mille mercis pour tous vos commentaires qui nous ont accompagnés pendant deux années de baroud.

Et pour ceux qui ont l’envie de partir (ou de repartir) à leur tour, le magazine GEO ADO de juillet propose un article sur les familles en tour du monde.

Commentaires (21)

D’île en île

Pour la dernière quinzaine à Papeete, programme chargé avec l’ascension de l’Aorai, point culminant de Tahiti. Pas de nuit au refuge finalement car la météo ne s’annonce pas très bonne et nous avons un souvenir assez glacial d’une nuit en refuge à l’Aorai vêtus d’un simple paréo!! Pas de récidive!Paysage magnifique et vue plongeante sur Papeete et la mer.

 Enfin le grand jour est arrivé: LES 5 ANS DE BAPTISTE!!!!!

grande fiesta à la copropriété avec les copains: punch, barbecue, salades et gâteaux. Tout le monde a participé. Baptiste est aux anges! Merci les amis pour ce grand moment!

Le petit chef vous présente sa glace  à  la vanille de Tahiti!

l’arbre à cheveux:

ça y est, on a investi en Polynésie: achat de motus aux Marquises, et de fermes perlières aux Tuamotus…… au monopoly tahitien.

Moins de chance avec les meringues….. Les enfants décident de faire des meringues, branle-bas de combat en cuisine, oeufs en neige et préchauffage du four. ….Tout va bien….jusqu’au moment où se dégage une odeur bizarre de plastique fondu. D’où cela peut-il bien venir??? ………….ARRRRRGGGGGHHHHHHHH! c’est l’ordi qu’on a caché dans le four à cause des cambriloages répétés dans l’immeuble. Dégoûtée, j’ai moi-même mis le feu à mon ordi!!! INTERDIT DE RIRE, SVP!!!

 Huahiné:

Départ pour une île sous le vent dans un bateau de fret. Pour se déplacer en Polynésie 2 choix s’offrent à vous: l’avion à des prix astronomiques, ou des places au compte-gouttes dans les bateaux de marchandises. Bien sûr pour nous ce sera l’option B. Embarquement sur le HAWAIKI NUI le jeudi à 16h pour une arrivée à Huahiné le lendemain à 18h.Le capitaine est d’ailleurs tout surpris de voir nous embarquer en famille pour 24h de mer, il nous demande si on a bien compris!Les déchargement nous donne l’occasion d’accoster à Bora Bora, Raiatea et Tahaa. Croisière à prix réduit!

 

 

 

 

Les anguilles aux yeux bleus  sont des poissons sacrés à Huahiné. On peut les toucher mais impossible de les attraper tellement leur peau est visqueuse!

Thomas et son coquillage, sorti de l’eau juste pour la photo.

confection de panneau en feuilles séchées pour le toit

 

Visite d’une ferme perlière:

Pour obtenir une perle, le travail consiste à introduire en moins d’une minute une petite bille et un morceau de « manteau noir » dans la poche à oeufs de l’huître. Celle-ci va se sentir menacée par ce corps étranger et le recouvrir de nacre. Les couleurs varient du gris très clair au gris anthracite avec des nuances de jaune, de vert ou d’aubergine. Les prix de la perle de Tahiti sont eux aussi très variables, de 30 à des milliers d’euros!!

 

 

 

 

Commentaires (10)

Noël à Bali

Comme l’an dernier Dadou, Josette et Mamy nous ont rejoint pour les fêtes.Noël à Bali avec plein de surprises pour les enfants, et quelques victuailles bien françaises (saucisson, foie gras, vin blanc! Miam!)

 

 

On leur fait découvrir les rizières d’Ubud: 2 randos sous la chaleur mais splendides lors desquelles on découvre la vie locale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Balinais font beaucoup de petites cérémonies religieuses, par exemple des offrandes pour apaiser les démons, des offrandes pour les Dieux qu’ils vont déposer aux temples. Chaque jour, nous assistons à ces petits moments spirituels.

 

 

 

 

 

 

 

Combat de coqs

Une lame très aiguisée fixée à son ergot, et le coq rentre dans l’arène, les paris commencent , un camp contre un autre, les hommes crient; le combat débute. les volatiles s’affrontent jusu’à la mort.

 

 

 

 

 

La crémation:

Nous sommes invités à assister à la cérémonie de la crémation. La personne est décédée il y a 4 jours, père de 17 enfants, tout un cortège suit le cercueil sur lequel sont assis trois de ses petits-enfants. Les porteurs les font sauterallègrement. Au bord de la plage, le défunt est sorti du cercueil, on dépose des offrandes à côté du corps puis le bûcher s’embrase. Une atmosphère paisible règne, le fils à côté du bûcher expliqueà Sylvain la cérémonieet prend la peine de conclure par un joyeux noël et une bonne année à nous tous.

 

 

 

 

A Bali on se sent bien, véritablement accueillis. Bizarrement on retrouve des points communs avec notre deuxième pays (le Maroc). On espère bien y revenir!

Commentaires (5)

l’île du nord

Traversée en ferry (3h) pour rejoindre l’île du nord à Wellington. Belle ville, superbe port. Il fait assez chaud alors les garçons tentent un plongeon dans le port, ce qui a fait bien rire les Maoris!

 le Queen Mary 2 dans la baie de Wellington

Sylvain souffle ses 41 bougies en Nouvelle -Zélande: petites cartes de chacun d’entre nous et le tee-shirt incontournable qui remplace plus ou moins le match de rugby prévu. (match Wellington – Christchurch annulé suite aux évènements tragiques qui ont eu lieu dans cette ville).

A l’Alliance française, on peut lire et discuter en français. Ah! que ça fait du bien! En plus on y fait la connaissance d’une photographe ardéchoise, Vanessa, qui a parcouru la Nouvelle -Zélande  durant une année, appareil en bandoulière. Maintenant sa belle expo sillone tout le pays. (son site: www.vanessachambard.com)

A part les deux premières et les deux dernières nuits (en backpackers), toutes les autres eurent lieu sous la tente. Il y eut des bivouacs de rêve au bord de l’eau avec vue sur la ville ou sur les volcans, et d’autres moins poétiques comme celui entre un centre de compost et  de traitement des eaux. Mais ça laisse des souvenirs extraordinaires, comme la fois où grâce à un pêcheur bien sympa (qui nous a prêté une canne), Sylvain est venu agrémenter le repas spaghettis avec une bonne truite grillée au feu de bois.

 Tongariro National Park:

Soleil pas gentil avec nous, soleil pas venu, nous pas faire la grande rando dans le parc des volcans!

Le beau ciel bleu des photos n’a duré qu’une petite après-midi!

 

Huka falls

Waitopu

C’est un site plutôt chimique et coloré, tout  bouillonne autour de nous. Arsenic, soufre, carbone et autres substances fumantes nous montent aux narines!

  

 Coromandel, lieu de vacances privilégié des « Aucklandais » et on comprend pourquoi: la côte est magnifique. Encore un lieu connu au cinéma (Cathedral cove dans Narnia 2).

Les deux symboles de la Nouvelle Zélande:

Silver fern

ça y est, Baptiste lui a mis la main dessus! On l’a eu, ce poilu de kiwi!

Vue d’Auckland, depuis la tente plantée dans le jardin d’une famille Maorie. Très gentil, le vieux monsieur vient nous chercher le lendemain matin: salle de bains à disposition et petit déjeuner servi. La classe!

Commentaires (15)

Le plateau des Bolovens

Une nuit assez mouvementée dans le bus couchette qui relie Vientiane à Paksé. La route est assez chaotique, le chauffeur plutôt pressé. Heureusement que nous n’avions pas pris les couchettes en hauteur!

 

Au sud du Laos, près de Paksé, nous partons à la journée sur le plateau des Bolovens. Notre première rencontre est une  famille de charbonniers. C’est samedi, les enfants aident leurs parents à faire brûler le bois.

 

Sur ce plateau sont cultivés le thé et le café. Les feuilles de thé sont ramassées tous les 15 jours sur un petit arbuste, elles sont ensuite séchées puis fumées. Pour le café, le travail est un peu plus long: les grains rouges sont ramassés, on en extrait les graines qu’il faut laver, faire sécher, et enfin griller.

 Dépaysement assuré dans un petit village traditionnel des Bolovens: il pleut averse, les enfants plus ou moins vêtus jouent avec l’eau de pluie, les femmes fument la pipe à eau, poulets et cochons sont en liberté au milieu des maisons sur pilotis. Sous les cabanes en bambou, on peut voir les cercueils que les gens sculptent dans le bois de leur vivant. Un habitant qui parle un peu le français nous plaint d’avoir 3 garçons. On s’étonne. Ici avoir une fille cela veut dire recevoir l’argent du futur mari, mais avoir un garçon au contraire signifie qu’il faudra donner beaucoup d’argent pour qu’il puisse se marier. Les filles se marient vers l’âge de 14 ans et les garçons de 18 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Plus besoin de jouer au loto, pour devenir millionnaire il faut venir au Laos! 1€ = 10 000 kips, donc avec 100 € t’es millionnaire. Jamais notre portefeuille n’avait pris autant d’épaisseur!

Commentaires (8)

De Chiang Mai au Laos

Heureusement que nous n’avons pas raté le marché du dimanche à Chiang Mai, un des plus beaux et des plus grands qu’on ait vu! L’animation est assuré par des artistes aveugles, on peut manger, se faire masser, et acheter des objets artisanaux, des vêtements, des bijoux, … Pour tous les goûts et les petites bourses!

De Chiang Mai sont organisés des transferts vers le Laos. Nous choisissons l’option bateau pour avoir l’occasion d’observer la vie au bord des rives du Mékong. Mini bus pour Chiang Khong, nuit sur place et au petit matin traversée en petit bateau pour le poste frontière laotien (3O dollars par personne pour le visa, enfin ça dépend de votre nationalité, les Canadiens n’ont pas de chance pour eux c’est 42 dollars!). Ensuite un « guide » réunit toutes les personnes qui doivent prendre le slow boat. Et là on a droit à tout un speach comme quoi, compte tenu de la saison des pluies, le voyage pourrait prendre trois jours au lieu de deux avec nuit sur le bateau . A quoi il rajoute le risque de paludisme, le vol éventuel des sacs… On est un peu refroidis, mais obstinés. Finalement on a bien  raison de ne pas écouter ces mensonges (le gars devait être intéressé fiancièrement si on changeait le slow boat pour le bus). La traversée fut arrosée parfois (par la pluie bien sûr), mais fort tranquille et agréable.

Des petits vendeurs à peine âgés de 7 ans et sortis de nulle part.

 

Notre insatiable lecteur!

 

Que font les Laotiens dans le Mékong? ….Ils pêchent, ils font la lessive, ils se lavent, ils se baignent, ils cherchent même de l’or, …. et j’en oublie sûrement!

 

 

 

Luang Prabang:

Petite ville à échelle humaine, bien sympatique. On retrouve çà et là des restes de la présence coloniale française: la pétanque par exemple! On en profite pour louer des vélos, Baptiste s’accroche derrière son papa et c’est parti pour une visite cycliste de la ville.

 

 

 

 

 

 

Lever à 6h du matin ,comme les locaux qui commencent leur journée par un don aux moines. Le plus souvent c’est de la nourriture. Devant chaque maison, les habitants sont agenouillés et déposent une poignée de riz ou autre dans le bol des moines.

 

Commentaires (10)

Derniers jours en Italie

On revient sur nos pas en traversant l’Italie dans le sens Sud-Nord. Une halte à la plage de Latino au-dessus de Naples.

 

Une seconde en Toscane. Quelle belle région! Des champs de blé, des vignes, de superbes mas. Cela n’est pas sans nous rappeler la Provence!

 Une dernière dans les Alpi maritime côté Italien ou Mercantour côté français. C’est parti pour la belle rando de montagne, direction le refuge de Nice. Bonne surprise: un chamois pointe le bout de son nez. Quelle chance!

Commentaires (2)