Trek au LADAKH

Cet été les vacances seront sportives avec au programme un trek d’une semaine au Zangskar.

Après une arrivée à Delhi, nous reprenons aussitôt un vol pour le nord de l’Inde, direction Leh, « le petit Tibet ».

Avant de partir en trek dans les hautes montagnes, il est vivement conseillé de rester quelques jours à Leh (3500m d’altitude) pour s’acclimiter. En effet, déjà à cette altitude pas facile de monter des marches sans être essouflé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dalaï-lama est aussi à Leh, pour une conférence de 10 jours « le Kalachakra ». Des milliers de personnes ont fait le déplacement pour assister au « teaching », des étrangers mais aussi les habitants de toute la région.Ce sera la dernière fois qu’une telle manifestation sera organisée dans le Ladahk car le dalaï-lama vient de fêter ses 79 ans et n’est pas sûr de pouvoir revenir. Donc nous avons eu la chance de l’apercevoir à quelques dizaines de mètres de nous. C’était la bonne surprise ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une mise en jambes avec la montée au monastère de Leh.

Des filles du Rajastan, venues mendier auprès des touristes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celle-ci n’a que 16 ans et vient du Népal:

 

 

 

 

 

 

 

Belle rencontre avec un moine boudhiste : pour lui « la compassion est le secret du bonheur ». 

 

 

 

 

 

 

 

Le moment est venu de nous lancer sur notre trek. Finalement nous optons pour la Markha Valley de Chilling à Sumdo. Les sacs à dos remplis au minimum pèsent quand même leur dizaine de kilos, la température est de 35° en moyenne dans la journée, et nous allons monter jusqu’à 5200m. Allez on y croit!! 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous rendre au départ nous prenons un taxi de Leh jusqu’à chilling (2h30). Mais la route est en travaux, il faudra stopper 20 minutes pour attendre que le bulldozer nous laisse le passage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premières sensations fortes, la traversée du Zangskar: on nous avait dit qu’un passeur nous ferait traverser dans une nacelle. Arrivés sur place, il n’y a personne et la nacelle est bloquée de l’autre côté. La seule façon de franchir le fleuve c’est d’emprunter le pont en construction et là franchement on en menait pas large! 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons opté pour le trek sans guide avec hébergement chez l’habitant chaque soir. Par contre il est aussi possible de le faire avec guides et chevaux. Nous croisons quelques caravanes d’ânes ou de chevaux bien chargés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De temps en temps on aperçoit une tea-tent, une petite buvette ouverte durant la période d’été. Un coca c’est 40 roupies (50 centimes d’euros) ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons à notre première homestay: les conditions sont rustiques mais l’accueil bien sympathique. 800 roupies par personne pour le gîte et le couvert (dîner composé de riz et lentilles, petit déjeuner thé et chapatis, le plus léger c’est le lunch 1 oeuf dur, 1 patate bouillie et 1 jus de fruit). Ah! c’est sûr on ne va pas grossir!! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcher en manquant d’oxygène ce n’est pas facile du tout, mais les paysages sont tellement grandioses qu’on oublie la difficulté. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une famille de Ladakhis avec son troupeau d’ânes 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Nimaling (4750m) plus de village, mais un camp de base installé pour la saison attend les randonneurs. C’est magnifique, un plateau entouré de sommets enneigés culminants à 6500m, des yacks, des chèvres… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

beurre de yack fait maison 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une petite nuit dans la tente, départ à 7h pour une ascension de 2h30 jusqu’au sommet le plus haut de notre trek (5200m). C’est par tous petits pas tellement nous sommes ralentis par le manque d’oxygène que nous franchissons le col. 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nos derniers jours à Leh, nous louons une moto. et nous voilà partis sur la plus haute route du monde celle de Khandungla Pass (5602m). Un paysage superbe! C’est de loin la ballade à faire en moto dans le coin. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 JOURS A DELHI 

Changement total à notre arrivée à Delhi à tous les niveaux: une chaleur humide, des bruits de klaxons tous azimuts, une circulation hallucinante, des rues qui grouillent de monde. En tous cas autant dans le Ladakh quà Delhi une cuisine excellente, nous nous sommes régalés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (3)