l’île du nord

Traversée en ferry (3h) pour rejoindre l’île du nord à Wellington. Belle ville, superbe port. Il fait assez chaud alors les garçons tentent un plongeon dans le port, ce qui a fait bien rire les Maoris!

 le Queen Mary 2 dans la baie de Wellington

Sylvain souffle ses 41 bougies en Nouvelle -Zélande: petites cartes de chacun d’entre nous et le tee-shirt incontournable qui remplace plus ou moins le match de rugby prévu. (match Wellington – Christchurch annulé suite aux évènements tragiques qui ont eu lieu dans cette ville).

A l’Alliance française, on peut lire et discuter en français. Ah! que ça fait du bien! En plus on y fait la connaissance d’une photographe ardéchoise, Vanessa, qui a parcouru la Nouvelle -Zélande  durant une année, appareil en bandoulière. Maintenant sa belle expo sillone tout le pays. (son site: www.vanessachambard.com)

A part les deux premières et les deux dernières nuits (en backpackers), toutes les autres eurent lieu sous la tente. Il y eut des bivouacs de rêve au bord de l’eau avec vue sur la ville ou sur les volcans, et d’autres moins poétiques comme celui entre un centre de compost et  de traitement des eaux. Mais ça laisse des souvenirs extraordinaires, comme la fois où grâce à un pêcheur bien sympa (qui nous a prêté une canne), Sylvain est venu agrémenter le repas spaghettis avec une bonne truite grillée au feu de bois.

 Tongariro National Park:

Soleil pas gentil avec nous, soleil pas venu, nous pas faire la grande rando dans le parc des volcans!

Le beau ciel bleu des photos n’a duré qu’une petite après-midi!

 

Huka falls

Waitopu

C’est un site plutôt chimique et coloré, tout  bouillonne autour de nous. Arsenic, soufre, carbone et autres substances fumantes nous montent aux narines!

  

 Coromandel, lieu de vacances privilégié des « Aucklandais » et on comprend pourquoi: la côte est magnifique. Encore un lieu connu au cinéma (Cathedral cove dans Narnia 2).

Les deux symboles de la Nouvelle Zélande:

Silver fern

ça y est, Baptiste lui a mis la main dessus! On l’a eu, ce poilu de kiwi!

Vue d’Auckland, depuis la tente plantée dans le jardin d’une famille Maorie. Très gentil, le vieux monsieur vient nous chercher le lendemain matin: salle de bains à disposition et petit déjeuner servi. La classe!

Commentaires (15)

Nouvelle-Zélande, l’île du sud

Après notre semaine tout confort chez les amis, nous voilà débarqués à minuit dans l’aéroport de Chrsitchruch en Nouvelle Zélande. On prend l’option de dormir dans l’aéroport  plutôt que de galérer en ville à chercher une auberge.

Christchurch, la ville la plus importante du Sud a une ambiance sympa et une dimension humaine. un petit tour à Cathedral square et botanic garden.

 

 Trop de chance, le loueur de voitures n’a plus celle que nous avions réservée. Donc il nous propose celle de catégorie supérieure pour le même prix! Et finalement, le coffre est rempli à bloc, c’est celle-là qu’il nous fallait!

 Sur les hauteurs de Christchurch, on domine la ville, la mer, ce qui donne un point de vue superbe. Ici c’est le rendez-vous des sportives, eh oui ce sont les femmes qui courent ou font du vélo. On a toujours pas compris pourquoi?

 La Nouvelle-Zélande, c’est un petit pays qui représente environ la moitié de la France. On la traverse dans sa largeur en 2 heures. Mais c’est tellement joli qu’il faut s’arrêter en chemin à Arthur Pass. Un grand jeu de cache-cache dans un paysage qui ne vous est pas inconnu (si vous avez vu Narnia 1).

 La nuit, nous campons dans la nature. Une fois c’était le déluge: une pluie énorme qui a duré jusqu’au matin! On a eu la chance cette fois-là de se mettre sous un chapiteau dressé à l’occasion d’une compétition de pêche! Sans lui, on aurait fini la nuit trempés dans la voiture!

 Le glacier Franz Josef: pas besoin de beaucoup grimper pour atteindre les glaciers néo-zélandais. Ils sont quasiment au niveau de la mer; c’est dire le rude climat! Le glacier en 2 versions: mauvais temps et le lendemain sous le soleil!

 West coast:

la côte sauvage où il pleut 180 jours par an. La mer ramène plein de bois flotté sur le sable. Et même si c’est l’été, on a pas envie de se mettre en maillot! En tous cas les paysages sont grandioses!

 C’est aux Pancakes Rocks que nous rencontrons Raphaëlle. Elle est belge et fait le tour du monde seule. Elle parcourt la Nouvelle -Zélande en vélo (entre 60 et 100 kms par jour). Quel courage! Bonne route à toi, Raph!

Coup de coeur pour Abel Tasman national park

C’est à la fois la mer, les marais et la montagne. Du vert, du jaune et du bleu turquoise, des couleurs fascinantes!

Rando, kayak, équitation… les activités ne manquent pas. Pour nous (et notre porte-monnaie) ce sera une grosse rando de 5h. On félicite au passage le p’tit Baptiste qui a marché comme un Ranger!

Si vous allez un jour en Nouvelle-Zélande, ne ratez surtout pas Abel Tasman!!!!

 Pour l’instant pas de kiwi à notre tableau-photo, mais son cousin le Waika.

Commentaires (16)