Bye bye le Maroc

Le temps est malheureusement venu de quitter le Maroc. Nous devons repasser comme promis chez Fatima à Ifrane. Il a fait bien froid là-bas depuis notre dernier passage et bien sûr c’était impossible pour elle de commencer le jardin. Ceci dit, puisqu’elle a déjà un coq nous partons acheter une poule afin qu’elle puisse faire un élevage. Nous voici donc partis dans une ferme voisine pour récupérer la cocotte que Jérémy se fera une joie de tenir la durée du trajet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage par Azrou, la forêt des singes. Ils vivent ici en totale liberté.

 

 

 

 

 

 

 

 

On s’arrête également à Fès où l’on a commandé des nouvelles housses pour notre canapé en décembre dernier. On est pas bien certains de récupérer ces housses car on a demandé cela en décembre et depuis aucune nouvelle. …Que nenni! La parole donnée a une grande valeur ici. Toutes nos housses nous attendent, et le travail est de qualité. Il en manque juste une qu’on avait oublié de demander en double. C’est pas grave, à Meknès, en deux heures l’affaire est réglée. Vive les petits métiers d’autrefois qui rendent bien service!

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

  Un tas de boules de terre attire notre attention. Il s’agit en fait de truffes qui sont vendues au bord de la route. Elles sont toutes blanches à l’intérieur.

 
 
 

A Tanger, on embarque sur le ferry direction Algeciras en Espagne, de l’autre côté de la Méditerranée.

 
 

On vient de passer deux mois fabuleux dans ce pays qu’on aime. Merci les amis marocains d’avoir toujours le sourire, de prendre le temps de nous renseigner, de nous montrer votre artisanat, de nous accueillir à la maison, de partager le thé ou le repas, de donner des cadeaux à nos enfants, de dire bonjour même si on ne se connaît pas, de faire un signe amical du bord de la route….Tous ces gestes gratuits nous ont sincèrement et profondément touchés.

Un merci particulier à Aziz, et la communauté du Douar Aït Ahmed Ouali, à Fatima, à Aziza de Skoura, à Abdelrahim et Sana de Fès et aux autres dont je vois encore les visges mais plus le prénom.

Vous allez beaucoup nous manquer!

 

 

Commentaires (2)

Dernière semaine à Marrakech

Cette semaine, nous ne sommes pas seuls puisque Gérard (le père de Christel) et Michèle (ou plutôt Mimi) nous rejoignent pour une découverte du Maroc. Depuis une semaine qu’on leur répète qu’il fait vraiment très chaud, c’est sous une pluie battante qu’a lieu leur arrivée!

 

 

 

 

 

 

 Avec un mois de retard le père Noël continue sa tournée.

 Nous retournons deux jours à Essaouira dont une des spécialités (hormis le poisson) est la marquetterie. C’est un artisanat du bois où l’on associe différentes essences, du métal et de la nacre en faisant apparaître des motifs décoratifs. Un vrai travail d’orfèvre!

 Retour à Marrakech pour le MARATHON. Tout d’abord c’est la course des enfants (2,5 kms). Thomas et Jérémy sont inscrits, Baptiste prend le départ et tiendra jusqu’au bout: c’est bien sûr le benjamin de la course. Thomas et Jérémy finiront à 2 places d’écart l’un de l’autre dans le premier tiers des participants.

 Le lendemain c’est le Jour J pour Sylvain, son premier marathon (sous le nom de son beau-père qui déclare forfait à cause d’une tendinite). C’est dire si la pression pèse sur ses épaules! De nombreux participants pour ce 21ème marathon, dont Laurent Jalabert. La course se déroule très bien pour notre champion jusqu’au 35ème kilomètre, après les douleurs et les crampes se réveillent, mais il finira honorablement ses 42,5kms en 4h01.

 Le dernier jour à Marrakech, nous profitons de l’ambiance unique de la place Djemma, et aussi de la palmeraie.

 Fini le grand Sud, il faut maintenant songer à remonter vers l’Espagne puis la France où nous ferons une petite pause d’une semaine avant d’entamer la deuxième partie du Tour de la Méditerranée.

Commentaires (7)

Une magnifique semaine dans un village rural

Au hasard d’un chemin de traverse, nous voici arrivés dans un petit village de campagne rempli d’oliveraies au pied de l’Atlas. Un jeune homme vient à notre rencontre : il s’appelle Aziz, il est agriculteur ou boulanger selon la saison ou les besoins. Grâce à lui on découvre un magnifique village où les habitants ne manquent pas de se saluer les uns les autres, et où il a tout simplement l’air de faire bon vivre.

P1020109

 

 

 

 

 

 

P1020166

 On nous invite de toutes parts, une soirée couscous chez les parents d’Aziz, le thé chez Ebba,…Ebba c’est la petite copine de Baptiste. Ils jouent ensemble tous les jours: elle vient le rejoindre au camping-car, ou c’est lui qui va dans sa maison. Ils se font des cadeaux… bref ils se sont bien trouvés ces deux-là!

P1020107

atelier dessin dans le camping-car

atelier dessin dans le camping-car

 On organise un après-midi Cinéma dans la salle de jeux du village: au programme AVATAR! Le public sera au rendez-vous pour cette après-midi pas comme les autres.

P1020162

 Thomas et Jérémy se payent chaque jour des parties de billard (2 dirhams): Thomas 5victoires et Jérémy 7.

P1020156

P1020158

Il y a même la « cyclo-école »!

P1020167

P1020168

P1020169

On découvre le hammam privé: en fait, on allume un feu sous une petite construction en dôme. A l’intérieur on met une casserole d’eau qui, sous l’effet de la chaleur, va dégager de la vapeur. Puis on se lave avec des seaux d’eau.

P1020153

P1020154

 On a le plaisir de voir des enfants généreux qui font des cadeaux (bonbons, crayons) à Baptiste alors qu’ils ont le minimum. Et à l’occasion du nettoyage du camping-car, un petit garçon nous dit : »5 dirhams, 5 dirhams ». Non, non il ne demandait pas d’argent mais nous signalait que l’on avait fait tomber une pièce par terre.

Merci à tous, on reviendra quand on le pourra!

Commentaires (9)

Sur la route de l’Ourika

Nous partons à la neige au Maroc. Oui, ici il y a une station de ski, la plus haute de toute l’Afrique. La montée du col se passe sans difficulté. Nous avions un petit doute compte tenu du manque d’équipement (du pays et aussi de notre camping-car). Dès l’arrivée à la station nous sommes accueillis par des loueurs de matériel et des moniteurs de ski. Même les traditionnels vendeurs de colliers berbères sont au pied des pistes!

Nous optons tout d’abord pour une promenade vers un superbe panorama sur le plus haut sommet marocain, le Toubkal (4162m). C’est magnifique et en même temps si insolite de voir des genêts dans la neige, des muletiers monter des villages voisins proposer leurs services à la station.

DSC_1377

 

 

 

 

 

 

DSC_1428

 

 

 

 

 

 

DSC_1424

 

 

 

 

 

 

DSC_1396

 La neige est assez inégale, 2 pistes sur 8 sont ouvertes, par conséquent avec la forte approbation des enfants, nous laissons tomber le ski pour la luge. Baptiste est le « roi de la glisse »!

DSC_1453

DSC_1455

DSC_1385

DSC_1399

DSC_1414

DSC_1444

maisons de bergers

maisons de bergers

Depuis 2 semaines le linge sale s’amoncèle. Les laveries automatiques étant assez rares par ici, on sort la bonne vieille machine à laver dans l’eau de la rivière. Cela crée un petit spectacle dans le village qui ne doit pas souvent voir des touristes s’arrêter pour faire leur lessive et l’étendre dans les branches.

DSC_1461

La route de l’Ourika c’est aussi la route de l’artisanat: fer forgé, ébénisterie, poterie,… On fait halte dans un village de potiers, toute la famille participe à l’affaire: celui qui prépare la terre, celui qui  la tourne, celui qui la décore, …. On se croirait dans une ruche en pleine activité. Les bols sont tournés à une vitesse phénomale, 200 bols par jour par potier. C’est assez impressionnant à regarder, et pas si facile qu’il n’y paraît. (Geneviève si tu nous lis, je réserve un nouveau stage à mon retour!) Le boss est super sympa et nous fait profiter d’une petite formation sur le tadelakt. Une bonne journée dans cette famille de potiers.

P1020093

P1020099

P1020104

P1020100

P1020097 

Commentaires (5)

Essaouira

Avant Essaouira, nous passons à Agadir pour faire réviser le camping-car. Il n’y a qu’ici que nous avons trouvé un réparateur, un français ancien concessionnaire de camping-cars, qui a ouvert un garage au Maroc. Il travaille d’ailleurs beaucoup car Agadir accueille des centaines de camping-caristes qui viennent passer l’hiver au soleil.

P1020010

 Mauvaise surprise: en plus de la vidange, il s’avère que les pneus avant sont à changer (car l’un d’eux risque d’éclater). C’est sûr qu’avec le mauvais état des routes, les pneus ont dégusté. Espérons que les nouveaux soient plus robustes!

La réparation terminée, on ne s’éternise pas dans cet endroit trop touristique à notre goût. Nous allons à Essaouira!

DSC_1354

DSC_1355

DSC_1366

DSC_1368

P1020035

P1020044

C’est mauvais temps ces jours-ci, donc pas de sortie en mer pour les pêcheurs. On mangera donc moins de poissons que prévu. Comme les chats qui vont faire la queue chez le boucher!

P1020040

P1020039

P1020014

 On ne va pas se laisser abattre pour si peu, d’autant que c’est bientôt le départ des parents vers la France, nous les invitons dans un beau restaurant. Au menu: briouats au chèvre, dorade grillée, et tarte au citron.

P1020025

P1020029

Retour sur Marrakech, dernier jour avec les grands-parents qui s’apprêtent à rentrer en France où l’on annonce de la neige sur Aix-en-Provence. C’est un peu la panique à bord, personne ne pourra venir les chercher à l’aéroport. On leur souhaite tout de même un bon retour, et comme on dit ici, Inch’Allah!

 

Commentaires (2)

Aït-Benadou

Après l’oasis de Skoura, nous faisons halte dans celle d’Aït-Benadou. Il a tellement plu ces derniers jours que l’oued s’est bien rempli. Par conséquent pour se rendre à la Kasbah traditionnelle habitée par seulement 6 familles maintenant, il faut choisir entre la traversée en âne ou à pied dans l’eau glacée. Chacun son chemin …
DSC_1201

 DSC_1297

 DSC_1217

 DSC_1251

DSC_1273

A notre grande surprise, il faudrait s’acquitter d’un droit d’entrée de 10 dirhams « au profit de l’entretien de la kasbah ». Une nouveauté due à l’affluence touristique sur ce site. Mais en cherchant un peu, nous passons par l’entrée arrière gratuite. Cela nous permet en plus de faire la connaissance d’une artiste peintre féminine, assez rare pour le souligner, qui a un style bien particulier.

DSC_1224

DSC_1228

Thomas s’essaye à la pyrogravure avec une loupe.

DSC_1260

Grands-parents et petits-enfants sont bien contents de se retrouver.

DSC_1264

DSC_1296

Salades marocaines, tajines , brochettes et thé à la menthe. Nos papilles sont à la fête!

DSC_1286

Les garçons partent sur les pistes en quad, à fond les manettes, à la découverte de ruches en terre, et de l’ancien décor du film Gladiator. 

DSC_1291

DSC_1301

DSC_1303

DSC_1305

Nos meilleurs voeux vous accompagnent pour la nouvelle année!

Paix et santé!

Commentaires (4)

Les parents arrivent!

Nous continuons notre descente sur Marrakech. Toujours dans les montagnes après Ifrane, nous passons la nuit près d’une école et d’une petite maison. Il pleut, il fait très froid. Quelqu’un tape à la porte. C’est le monsieur qui vit là avec sa mère, il nous apporte le thé et le pain pour nous souhaiter la bienvenue.
 
P1010814

 

 

 

 

 

 

ça y est, les parents sont arrivés pour 3 semaines: nous voici pour quelques jours à Marrakech. Visite des souks, repas sur la place Djemma, …

P1010828

 

 

 

 

 

 

P1010835

 

 

 

 

 

 

P1010838

 

 

 

 

 

A 5 euros la coupe, nos hommes en profitent pour un petit rafraîchissement. Le coiffeur s’applique, et prend son temps pour chaque client.

P1010867

 

 

 

 

 

 

P1010868

 

 

 

 

 

 

P1010869

 

 

 

 

 

 

P1010870

 

 

 

 

 

 

P1010873

 

 

 

 

 

 

Changement de décor dans la palmeraie de Skoura: ici c’est le Maroc plus authentique avec des kasbahs traditionnelles en terre, des champs cultivés, et beaucoup de palmiers.

P1010892

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle espèce végétale: l’arbre à linge, assez courante par ici!

P1010950

 

 

 

 

 

 

Le lundi, c’est jour de marché à Skoura. Le vrai souk avec  moutons, chèvres, vaches, épices, blocs de sel, blé, olives, amandes, vêtements, bois pour la construction, …

 P1010900

 

 

 

 

 

 

P1010906

 

 

 

 

 

 

P1010911

 

 

 

 

 

 

P1010915

 

 

 

 

 

 

P1010918

 

 

 

 

 

 

P1010923

Commentaires (4)

chez les Berbères

Dans les montagnes d’Ifrane, la température se refroidit sensiblement. C’est le moment de faire une flambée et de faire griller les chamallows.P1010758

 

 

 

 

 

 

Dans notre bivouac en pleine nature, nous recevons la visite de Fatima, une petite berbère de 8ans qui vit avec ses frères et soeurs dans la montagne. Elle nous invite chez elle, et on découvre ses 2 soeurs et ses 4 frères, le père lui travaille à la ville d’à côté.

P1010783

 

 

 

 

 

 

la soeur aînée, Amina

la soeur aînée, Amina

 

 

 

 

 

 

 

 

la plus petite, Samira

la plus petite, Samira

 

 

 

 

 

 

 

 

P1010791

 

 

 

 

 

 

P1010799

 

 

 

 

 

 

A part Fatima qui va à l’école, les autres ne font pas grand chose de leur journée, alors Sylvain leur suggère de faire un potager. Démonstration et motivation des troupes! Nous leur donnons rendez-vous début février avec des graines pour ensemencer leur terre, et 2 lapins pour le début de leur élevage. Inch’Allah!

P1010801

 

 

 

 

 

 

P1010802

 

 

 

 

 

 

La voisine nous invite au thé accompagné de la mellaoui, elle habite dans une partie d’un transformateur électrique.  Elle n’a rien mais elle donne tout. A Ifrane, le corps a froid mais les coeurs ont chaud.

P1010770

 

 

 

 

 

 

Des bergers viennent nous saluer.

P1010804

 

 

 

 

 

 

P1010809

 

 

 

Commentaires (0)

Changement de continent

Fini l’Europe, nous embarquons sur le ferry à Algeciras pour Ceuta. La traversée s’effectue à toute vitesse, en 45 minutes nous voilà déjà en Afrique.

P1010718

 

 

 

 

 

 

Gibraltar

Gibraltar

 

 

 

 

 

 

 

 

Maroc:

Première rencontre super sympa avec un fabricant d’huile d’olives à l’ancienne. Pendant qu’on assiste à l’explication de sa fabrication, Baptiste s’amuse avec les enfants dans le jardin. Il est surnommé « Spaghetti » à cause de ses longs cheveux blonds.

DSC_1141

 

 

 

 

 

 

DSC_1143

 

 

 

 

 

 

DSC_1159

 

 

 

 

 

 

 

 

Baptiste et son pote Amza

Baptiste et son pote Amza

 

 

 

 

 

 

 

 DSC_1154

 

 

 

 

 

Nous nous promenons dans les collines d’oliviers, c’est justement le moment des olivades. Le paysage du Rif est superbe!

DSC_1188

 

 

 

 

 

 

DSC_1189

 

 

 

 

 

 

DSC_1190

 

 

 

 

 

 

Fès:

Nous retrouvons notre ami Abdelrahim, vendeur de babouches dans le souk de Fès. Nous l’avions rencontré 2 ans auparavant. Tout de suite, il se rappelle de nous et nous invite chez lui. Sana, son épouse, nous accueille avec un repas de fête: couscous et brochettes. Bien sûr ils insistent pour nous réinviter le soir, et on se régale à nouveau autour d’un tajine kefta.

P1010729

 

 

 

 

 

 

P1010734

 

 

 

 

 

 

la médina de Fès

la médina de Fès

 

 

 

 

 

 

 

 

P1010742

 

 

 

 

 

 

P1010746

 

 

 

 

 

 

P1010738

 

 

 

 

 

 

Pleins de petits métiers, comme par exemple le vendeur de vraies chips.

P1010751

 

 

 

 

 

 

Sur le parking de Fès, nous faisons la connaissance d’une famille qui comme nous est en train de faire un tour du monde en camping-car. 3 enfants eux aussi, ils vont sillonner l’Afrique. Voici leur blog: http://ryokoo.blog.mongenie.com

P1010750

 

Commentaires (8)