COUP DE COEUR pour les 4000 îles!

Ambiance du bout du monde sur l’île de Don Khon à l’extrême sud du Laos, tout près du Cambodge. Le Mékong dicte son rythme et les gens vivant dans leurs maisons en bambou sur pilotis nous témoignent leur sympathie par de larges sourires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Tout se passe en pirogue ou presque: les enfants la prennent pour aller à l’école, les propriétaires de buffles pour leur amener du foin, les pêcheurs avec leurs multiples techniques de pêche!

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 D’ailleurs à propos de pêche, Sylvain et « papa », le patron de notre guesthouse, attrapent un poisson en moins de 5 minutes. l’un tient le filet grand ouvert tandis que l’autre enfonce un long manche en bois dans l’eau pour faire fuir le poisson dans la bonne direction. Efficace!

Le marché haut en couleurs et en odeurs! Au stand de la boucherie par exemple, large choix de pattes, queues et têtes en tous genres. Choisissez votre morceau!

Excursion en vélo : belle galère sous 40° de chaleur, on enchaîne les crevaisons, déraillements pour finir par une rupture de chaîne. Mais la chance ne nous a pas complètement abandonné car le seul véhicule de l’île nous embarque à son bord et nous ramène à l’hôtel.

On s’arrete pour commander des frites. La dame part pendant plus d’une demi-heure (en fait elle est allee acheter les pommes de terre). Mort de faim, Sylvain l’aide en cuisine pour accelerer le mouvement. Ici les gens sont tres cool!

Excursion aux cascades: parmi les plus grandes chutes d’Asie du sud-est. Trente minutes de pirogues, puis on s’enfonce dans la forêt sans savoir que des franchissements de ponts suspendus au-dessus des rapides nous attendent! Le repas inclus dans l’excursion sera servi à 16h30. Nous sommes affamés, et nous nous jetons à 9 sur un poisson-chat grillé! Même Jérémy (qui n’aime pas  le poisson) en a mangé!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (15)

Le plateau des Bolovens

Une nuit assez mouvementée dans le bus couchette qui relie Vientiane à Paksé. La route est assez chaotique, le chauffeur plutôt pressé. Heureusement que nous n’avions pas pris les couchettes en hauteur!

 

Au sud du Laos, près de Paksé, nous partons à la journée sur le plateau des Bolovens. Notre première rencontre est une  famille de charbonniers. C’est samedi, les enfants aident leurs parents à faire brûler le bois.

 

Sur ce plateau sont cultivés le thé et le café. Les feuilles de thé sont ramassées tous les 15 jours sur un petit arbuste, elles sont ensuite séchées puis fumées. Pour le café, le travail est un peu plus long: les grains rouges sont ramassés, on en extrait les graines qu’il faut laver, faire sécher, et enfin griller.

 Dépaysement assuré dans un petit village traditionnel des Bolovens: il pleut averse, les enfants plus ou moins vêtus jouent avec l’eau de pluie, les femmes fument la pipe à eau, poulets et cochons sont en liberté au milieu des maisons sur pilotis. Sous les cabanes en bambou, on peut voir les cercueils que les gens sculptent dans le bois de leur vivant. Un habitant qui parle un peu le français nous plaint d’avoir 3 garçons. On s’étonne. Ici avoir une fille cela veut dire recevoir l’argent du futur mari, mais avoir un garçon au contraire signifie qu’il faudra donner beaucoup d’argent pour qu’il puisse se marier. Les filles se marient vers l’âge de 14 ans et les garçons de 18 ans.

 

 

 

 

 

 

 

Plus besoin de jouer au loto, pour devenir millionnaire il faut venir au Laos! 1€ = 10 000 kips, donc avec 100 € t’es millionnaire. Jamais notre portefeuille n’avait pris autant d’épaisseur!

Commentaires (8)

De Chiang Mai au Laos

Heureusement que nous n’avons pas raté le marché du dimanche à Chiang Mai, un des plus beaux et des plus grands qu’on ait vu! L’animation est assuré par des artistes aveugles, on peut manger, se faire masser, et acheter des objets artisanaux, des vêtements, des bijoux, … Pour tous les goûts et les petites bourses!

De Chiang Mai sont organisés des transferts vers le Laos. Nous choisissons l’option bateau pour avoir l’occasion d’observer la vie au bord des rives du Mékong. Mini bus pour Chiang Khong, nuit sur place et au petit matin traversée en petit bateau pour le poste frontière laotien (3O dollars par personne pour le visa, enfin ça dépend de votre nationalité, les Canadiens n’ont pas de chance pour eux c’est 42 dollars!). Ensuite un « guide » réunit toutes les personnes qui doivent prendre le slow boat. Et là on a droit à tout un speach comme quoi, compte tenu de la saison des pluies, le voyage pourrait prendre trois jours au lieu de deux avec nuit sur le bateau . A quoi il rajoute le risque de paludisme, le vol éventuel des sacs… On est un peu refroidis, mais obstinés. Finalement on a bien  raison de ne pas écouter ces mensonges (le gars devait être intéressé fiancièrement si on changeait le slow boat pour le bus). La traversée fut arrosée parfois (par la pluie bien sûr), mais fort tranquille et agréable.

Des petits vendeurs à peine âgés de 7 ans et sortis de nulle part.

 

Notre insatiable lecteur!

 

Que font les Laotiens dans le Mékong? ….Ils pêchent, ils font la lessive, ils se lavent, ils se baignent, ils cherchent même de l’or, …. et j’en oublie sûrement!

 

 

 

Luang Prabang:

Petite ville à échelle humaine, bien sympatique. On retrouve çà et là des restes de la présence coloniale française: la pétanque par exemple! On en profite pour louer des vélos, Baptiste s’accroche derrière son papa et c’est parti pour une visite cycliste de la ville.

 

 

 

 

 

 

Lever à 6h du matin ,comme les locaux qui commencent leur journée par un don aux moines. Le plus souvent c’est de la nourriture. Devant chaque maison, les habitants sont agenouillés et déposent une poignée de riz ou autre dans le bol des moines.

 

Commentaires (10)