Bye bye le Maroc

Le temps est malheureusement venu de quitter le Maroc. Nous devons repasser comme promis chez Fatima à Ifrane. Il a fait bien froid là-bas depuis notre dernier passage et bien sûr c’était impossible pour elle de commencer le jardin. Ceci dit, puisqu’elle a déjà un coq nous partons acheter une poule afin qu’elle puisse faire un élevage. Nous voici donc partis dans une ferme voisine pour récupérer la cocotte que Jérémy se fera une joie de tenir la durée du trajet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage par Azrou, la forêt des singes. Ils vivent ici en totale liberté.

 

 

 

 

 

 

 

 

On s’arrête également à Fès où l’on a commandé des nouvelles housses pour notre canapé en décembre dernier. On est pas bien certains de récupérer ces housses car on a demandé cela en décembre et depuis aucune nouvelle. …Que nenni! La parole donnée a une grande valeur ici. Toutes nos housses nous attendent, et le travail est de qualité. Il en manque juste une qu’on avait oublié de demander en double. C’est pas grave, à Meknès, en deux heures l’affaire est réglée. Vive les petits métiers d’autrefois qui rendent bien service!

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

  Un tas de boules de terre attire notre attention. Il s’agit en fait de truffes qui sont vendues au bord de la route. Elles sont toutes blanches à l’intérieur.

 
 
 

A Tanger, on embarque sur le ferry direction Algeciras en Espagne, de l’autre côté de la Méditerranée.

 
 

On vient de passer deux mois fabuleux dans ce pays qu’on aime. Merci les amis marocains d’avoir toujours le sourire, de prendre le temps de nous renseigner, de nous montrer votre artisanat, de nous accueillir à la maison, de partager le thé ou le repas, de donner des cadeaux à nos enfants, de dire bonjour même si on ne se connaît pas, de faire un signe amical du bord de la route….Tous ces gestes gratuits nous ont sincèrement et profondément touchés.

Un merci particulier à Aziz, et la communauté du Douar Aït Ahmed Ouali, à Fatima, à Aziza de Skoura, à Abdelrahim et Sana de Fès et aux autres dont je vois encore les visges mais plus le prénom.

Vous allez beaucoup nous manquer!

 

 

2 Responses to “Bye bye le Maroc”

  1. AMAROUCHE dit :

    Bonjour !

    Aujourd’ui dès demain, il sera hier. Et au moment de vivre votre séjour au Maroc, avec un tel enregistrement emouvant qui en donne de l’inspiration à quiconque vous lit à travers le monde, votre écrit dans quelques années, il redeviendra un patrimoine après avoir étè un méssage à vos sages amis marocains qui vous ont trés bien accueillis.

    Le patrimoine, c’est bien plus que des bâtisses et des terres, mais c’est tout ce qui fait notre histoire, tout ce qui est transmis de génération en génération comme les coutumes et la culture. Merci à ceux qui nous ont laissé ce patrimoine ».

    Vos photos plaisent et donnent de la vitalité aux yeux et une sorte de guidage pour écrire sur les séjours de vacances passés ici ou là à travers le monde.

    Je suis retraité. Auparavant, j’étais tout d’abord un homme. En remontant le temps jusqu’aux années 1940-1960, j’étais enfant du village d’El-Maïn, élève de l’école de ce même village et puis adolescent à la recherche d’une place pour la continuité des études, la formation professionnelle ou un emploi, des contraintes ou des aléas de la vie qui pousse un jeune homme chômeur d’origine sociale trés fragilisé des évènements à la sortie d’une guerre de 7 ans pour le partage de cette vie entre la zone rurage prescitée et la ville d’Alger principalement.

    Ce n’était qu’à mes 19 ans remplis que j’avais décroché mon premier emploi de moniteur enseignant affecté en 1965 à la même école primaire d’où j’étais sorti. On reçoit une istruction que l’on redonne aux autres. C’est ce qu’il vient de se faire avec votre message qui en est l’émanation d’une autre école de la vie sur le plan pratique sur le terrain.

    Bravo pour vos travaux de rédaction et de photos. Notre école et nous mêmes manquons d’anciennes photos du village nous permettant d’évaluer le chemin déjà parcouru dans la vie pour pouvoir evoluer.

    Moi aussi, je salue les marocains qui prennent soin de leur patrimoine educatif, architectural et culturel.

    Le patrimoine, c’est bien plus que des bâtisses et des terres, mais c’est tout ce qui fait notre histoire, tout ce qui est transmis de génération en génération comme les coutumes et la culture. Merci à ceux qui nous ont laissé ce patrimoine ».

    Ahmed Salah AMAROUCHE

  2. CHARLOTTE LE TAN dit :

    Coucou les amis, on est super content d’avoir eu le privilège de passer du temps avec vous à Lambesc. Les retours entre deux, ça nous connaît, on sait que c’est speed, dense, mais super.
    On continue à vous suivre avec plaisir, à très bientôt, Charlotte Franck et les enfants.

Poster un commentaire